Œuvres philosophiques. Thurot, Volume 3

Front Cover
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 154 - La liberté est la puissance qu'un homme a de faire ou de ne pas faire quelque action conformément à ce qu'il veut.
Page 133 - simplement par une pensée ou un choix de « notre esprit , qui détermine et commande pour « ainsi dire que telle ou telle action particulière
Page 201 - Le bonheur est donc pour ainsi dire un chemin par des plaisirs, et le plaisir n'est qu'un pas et un avancement vers le bonheur...
Page 133 - ... savoir, la pensée et le mouvement, voyons d'où nous avons l'idée la plus distincte des puissances qui produisent ces actions. i°Pour ce qui est de la pensée, le corps ne nous en donne aucune idée, et ce n'est que par le moyen de la réflexion que nous l'avons. 2° Nous n'avons pas non plus, par le moyen du corps, aucune idée du commencement du mouvement.
Page 268 - ... intelligible. Je ne donne aux corps qu'une image de la substance et de l'action , parce que ce qui est composé de parties ne saurait passer, à parler exactement , pour une substance , non plus qu'un troupeau ; cependant on peut dire qu'il ya là quelque chose de substantiel , dont l'unité , qui en fait comme un être ,. vient de la pensée.
Page 122 - Le premier nous fait avoir en vue notre plaisir et le second celui d'autrui, mais comme faisant ou plutôt constituant le nôtre : car s'il ne rejaillissait pas sur nous en quelque façon, nous ne pourrions pas nous y intéresser ; puisqu'il est impossible, quoi qu'on dise, d'être détaché du bien propre.
Page 267 - ... se développe et devient plus distincte, comme il n'ya de passion que lorsqu'elle devient plus confuse; en sorte que, dans les substances capables de plaisir et de douleur, toute action est un acheminement au plaisir et toute passion un acheminement à la douleur. Quant au mouvement...
Page 117 - Nous ne sommes jamais sans perceptions, mais il est nécessaire que nous soyons souvent sans aperceptions, savoir lorsqu'il n'ya point de perceptions distinguées. C'est faute d'avoir considéré ce point important qu'une philosophie relâchée, et aussi peu noble que peu solide, a prévalu auprès de tant de bons esprits, et que nous avons ignoré presque jusqu'ici ce qu'il ya de plus beau dans les âmes.
Page 259 - ... cas que le succès suive son attente. Si son espérance se trouve bien fondée, il est éternellement heureux; et s'il se trompe, il n'est pas malheureux, il ne sent rien. D'un autre côté , si le méchant a raison , il n'est pas heureiix , et s'il se trompe , il est infiniment misérable.
Page 141 - Tant qu'un homme a la puissance de penser ou de ne pas penser, de mouvoir ou de ne pas mouvoir conformément à la préférence ou au choix de son propre esprit, jusques là il est libre.

Bibliographic information