Théorie de la morale

Front Cover
 

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 273 - Les perfonnes qui onc .befoin de médire , & qui aiment à rail:ler , ont une malignité fecrete dans le cœur. De la plus douce raillerie à l'offenfe , il n'ya qu'un pas à faire. Sou,vent le faux ami, abufant du droit de plaifanter , vous blefle : mais la perfonne que vous attaquez , a feule droit de ju.ger fi vous plaifantez ; dès cju'on la bielle, elle n'eft plus raillée , elle eft offenfée.
Page 141 - Et ne fut jamais au monde deux opinions pareilles, non plus que deux poils ou deux grains. Leur plus universelle qualité, c'est la diversité.
Page 92 - L'humanité est l'affection que nous devons aux êtres de notre espèce, comme membres de la société universelle, à qui, par conséquent, la justice veut que nous montrions de la bienveillance, et que nous donnions les secours que nous exigeons pour nous,-mêmes.
Page 115 - X aigles et de vautours , préférant ainsi le vain honneur de ces titres, qui ne marquent que la force et la puissance, à la solide gloire de ceux qui marquent la vertu.
Page 194 - ... jouir préférablement à lui de tous ces avantages. On porte envie aux Princes, aux Grands , aux Riches , parce qu'on fait que leur pouvoir & leur fortune les mettent à portée d'exercer un empire que l'on voudroit exercer en leur place, & dont on fe flatte que l'on fit roit un bien meilleur ufage.
Page 195 - L'envie tient lieu de morale à bien des gens ; peu fenfible aux intérêts de la vertu ou au bien de la fociété, l'envieux devient un lynx quand il s'agit de dévoiler les vices & les défauts de ceux dont le bien-être l'offufque. L'envie devient audacieufe, emportée quand elle peut fe déguifec fous le nom de zèle pour la vertu.
Page 59 - Il est très difficile de faire un homme de bien, d'un stupide à qui l'imagination ne dit rien, ainsi que d'un insensé que cette imagination tient dans une ivresse continuelle. Tout nous prouve donc que la conscience, loin d'être une qualité innée ou inhérente à la nature humaine, ne peut être le fruit que de l'expérience, de l'imagination guidée par la raison, de l'habitude de se replier sur soi, de l'attention sur ses actions, de la prévoyance de leurs influences sur les autres, et de...
Page 94 - Il est, sans doute, dans nos affections des degrés fixés par la justice; no .» devons plus d'amour à nos parents, à nos amis, à nos concitoyens, à la société dont nous sommes les membres, à ceux, en un mot, dont nous éprouvons les secours cl les bienfaits, dont nous avons un...
Page 193 - L'orgueil est la source de l'envie ; l'amour de la préférence que chaque homme a pour soi lui fait haïr dans les autres les avantages capables de leur donner dans la société une supériorité que chacun désirerait pour lui-même.
Page 195 - Nul homme n'ose con-^ venjr qu'il porte envie aux autres : sa passkm se masque sous le nom d'amour du bien public , quand elle veut déprimer ceux qui lui déplaisent; alors elle s'indigne à la vue des places éminentes accordées à des hommes dépourvus de mérite ; elle gémit de l'opulence quelle voit entre les mains de gens peu faits pour la posséder ; prétextant un amour pur de la vérité , elle va fouiller dans les secrets des cœurs pour donner des motifs odieux et bas aux actions les...

Bibliographic information