Leçons et modèles d'éloquence judiciaire

Front Cover
J. L'Henry et Cie, 1838 - Eloqüència - 672 pages
Consists of excerpts from various orators, beginning with the 14th century, plus notes by Berryer.
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 456 - Le peuple désirait la destruction d'un impôt désastreux qui pesait sur lui : il le détruisit ; le peuple demandait l'abolition de la servitude : il commença par l'abolir lui-même dans ses domaines ; le peuple sollicitait des réformes dans la législation criminelle pour l'adoucissement du sort des accusés : il fit ces réformes ; le peuple voulait que des milliers de Français, que la rigueur de nos usages avait privés jusqu'alors des droits qui appartiennent aux citoyens, acquissent ces...
Page 212 - Souvenez-vous qu'en les discutant à La Brède je convenais qu'ils s'appliquaient à l'état actuel; mais qu'un écrivain qui voulait être utile aux hommes devait plus s'occuper de maximes vraies dans un meilleur ordre de choses à venir, que de consacrer celles qui sont dangereuses, du moment que le préjugé s'en empare pour s'en servir et les perpétuer. Employer la philosophie à leur donner de l'importance, c'est faire prendre à l'esprit humain une marche rétrograde, et éterniser des abus...
Page 456 - Louis était monté sur le trône à vingt ans, et à vingt ans il donna sur le trône l'exemple des mœurs; il n'y porta aucune faiblesse coupable ni aucune passion corruptrice; il fut économe , juste , sévère; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple désirait la destruction d'un impôt désastreux qui pesait sur lui ; il le détruisit : le peuple demandait l'abolition de la servitude; il commença par l'abolir lui-même dans ses domaines ; le peuple...
Page 362 - ... des mêmes insectes qui dévorent les cadavres dans leurs tombeaux, nourris à peine de quelques substances grossières, distribuées avec épargne, sans cesse consternés des...
Page 137 - Dans cet assujettissement presque général de toutes les conditions, un ordre aussi ancien que la magistrature, aussi noble que la vertu, aussi nécessaire que la justice, se distingue par un caractère qui lui est propre; et, seul entre tous les états, il se maintient toujours dans l'heureuse et paisible possession de son indépendance.
Page 138 - ... la vertu : quelque grand que soit son empire, ne craignez pas qu'il s'étende jamais sur votre profession. Le mérite, qui en est l'unique ornement, est le seul bien qui ne s'achète point, et le public, toujours libre dans son suffrage , donne la gloire et ne la vend jamais. Vous n'éprouvez ni son inconstance, ni son ingratitude; vous acquérez autant de protecteurs que vous avez de témoins de votre éloquence; les personnes les plus inconnues deviennent les...
Page 411 - Il a été mauvais fils, mauvais époux, mau»vais père, mauvais citoyen, sujet dangereux. » Mauvais fils. On l'a vu, par ses folles et basses » dissipations, dévorer le patrimoine de son père, »troubler son repos par des procédés indignes, » affliger et humilier sa vieillesse par le spectacle »de ses travers , et attenter même à son honneur »par d'infâmes libelles. • Mauvais époux. Il n'a respecté dans ses fu...
Page 211 - Vous lui prêtez souvent une raison et une sagesse qui n'est au fond que la vôtre, et dont il sera bien surpris que vous lui fassiez les honneurs. Vous composez avec le préjugé comme un jeune homme, entrant dans le monde, en use avec les vieilles femmes qui ont encore des prétentions, et auprès desquelles il ne veut qu'être poli et paraître bien élevé.
Page xix - L'histoire nous présente en eux les plus touchans modèles des plus pures vertus ; nous les fait voir réunissant la dignité du caractère à celle du sacerdoce, une douceur inaltérable à une fermeté intrépide, adressant aux empereurs le langage de la vérité , au coupable celui de sa conscience qui le tourmente et de la justice céleste qui le menace, à tous les malheureux celui des consolations fraternelles. Les lettres les réclament à leur tour, et s'applaudissent d'avoir été pour...
Page 456 - Louis était monté sur le trône à vingt ans; et à vingt ans, il donna sur le trône l'exemple des mœurs; il n'y porta aucune faiblesse coupable, ni aucune passion corruptrice; il y fut économe, juste, sévère; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple désirait la destruction d'un impôt désastreux qui pesait sur lui : il le détruisit; le peuple demandait l'abolition de la servitude : il commença par l'abolir lui-même dans ses domaines. Le peuple sollicitait...

Bibliographic information