Grammaire des grammaires, ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue françoise, Volume 2

Front Cover
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 902 - Quel tort lui fais-je enfin ? Ai-je par un écrit Pétrifié sa veine et glacé son esprit ? Quand un livre au Palais se vend et se débite, Que chacun par ses yeux juge de son mérite, Que Bilaine...
Page 941 - Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d'un sage, la vie et la mort de Jésus sont d'un Dieu.
Page 1050 - Celui qui n'a égard en écrivant qu'au goût de son siècle, songe plus à sa personne qu'à ses écrits. Il faut toujours tendre à la perfection ; et alors cette justice qui nous est quelquefois refusée par nos contemporains , la postérité sait nous la rendre.
Page 1025 - Quel plaisir de penser, et de dire en vous-même : « Partout , en ce moment , on me bénit , on m'aime : On ne voit point le peuple à mon nom s'alarmer ; Le Ciel dans tous leurs pleurs ne m'entend point nommer, Leur sombre inimitié ne fuit point mon visage ; Je vois voler partout les cœurs à mon passage !
Page 867 - L'isatis, moins fort, mais beaucoup plus léger que le glouton, lui sert de pourvoyeur : celui-ci le suit à la chasse, et souvent lui enlève sa proie avant qu'il ne l'ait entamée ; au moins il la partage.
Page 918 - N'attendez pas, messieurs, que j'ouvre ici une scène tragique, que je représente ce grand homme étendu sur ses propres trophées, que je découvre ce corps pâle et sanglant auprès duquel fume encore la foudre qui l'a frappé...
Page 730 - Nous sommes enfin venus à ce grand empire qui a englouti tous les empires de l'univers , d'où sont sortis les plus grands royaumes du monde que nous habitons , dont nous respectons encore les lois, et que nous devons par conséquent mieux connaître que tous les autres empires.
Page 708 - Cette réflexion embarrassant notre homme : "On ne dort point, dit-il, quand on a tant d'esprit;" Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme. Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit.
Page 864 - Combien ce mot cruel est affreux quand on aime ? Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous, Seigneur, que tant de Mers me séparent de vous ? Que le jour recommence et que le jour finisse, Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice, Sans que de tout le jour je puisse voir Titus...
Page 880 - Vous souffrez qu'il vous parle? et vous ne craignez pas Que du fond de l'abîme entr'ouvert sous ses pas II ne sorte à l'instant des feux qui vous embrasent, Ou qu'en tombant sur lui ces murs ne vous écrasent?

Bibliographic information