Oeuvres meslées

Front Cover
H. Lardanchet, 1914 - 319 pages
 

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 88 - Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle, Desja sous le labeur à demy sommeillant, Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant, Benissant vostre nom de louange immortelle.
Page 127 - De nos Nymphes, quand ton eau Les cache au creux de ta source, Fuyantes le Satyreau, Qui les pourchasse à la course Jusqu'au bord de ton ruisseau...
Page 149 - Le petit enfant Amour Cueilloit des fleurs à l'entour D'une ruche, où les avettes Font leurs petites logettes.
Page 215 - Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ; Ne vois-tu pas le sang lequel degoute à force Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce? Sacrilege meurdrier, si on pend un voleur Pour piller...
Page 130 - La forest d'Erymanthe. Car malin, celer je ne puis A la race future De combien obligé je suis A ta belle verdure : Toy, qui sous l'abry de tes bois Ravy d'esprit m'amuses...
Page 140 - ANTRES, et vous, fontaines, De ces roches hautaines Qui tombez contre-bas D'un glissant pas ; Et vous, forests et ondes Par ces prez vagabondes, Et vous, rives et bois. Oyez ma vois. Quand le ciel et mon heure Jugeront que je meure, Ravi...
Page 146 - Plein de pensées vagabondes, Plein d'un remors et d'un souci, Aux rochers je me plains ainsi, Aux bois, aux antres et aux ondes. Rochers, bien que soyez...
Page 251 - Et, suivant ce conseil, à nul des vieux antiques, Larron, je ne devray mes chansons poétiques ; Car il me plaist pour toy de faire icy ramer Mes propres avirons dessus ma propre mer, Et de voler au ciel par une voye estrange, Te chantant de la Mort la non-dite louange. C'est une grand...
Page 148 - J'ay la dent noire et le chef blanc; Mes nerfs sont dissous, et mes veines, Tant j'ay le corps froid, ne sont pleines Que d'une eau rousse au lieu de sang. Adieu ma lyre! adieu fillettes, Jadis mes douces amourettes! Adieu, je sens venir ma fin; Nul passetemps de ma jeunesse Ne m'accompagne en la vieillesse Que le feu, le lit et le vin.
Page 235 - Un desert effroyable estoit tout mon souci; A fin de voir au soir les Nymphes et les Fées Danser dessous la lune en cotte...

Bibliographic information