Éléments d'anthropologie générale, Volume 1

Front Cover
A. Delahaye et É. Lecrosnier, 1883 - Anthropology - 1157 pages
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 115 - NOUVELLE DIVISION DE LA TERRE PAR LES DIFFÉRENTES ESPÈCES ou RACES D'HOMMES QUI L'HABITENT ; envoyée par un fameux voyageur à M. l'abbé de La"*** à peu près en ces termes : Les géographes n'ont divisé jusqu'ici la terre que par les différents pays ou régions qui s'y trouvent.
Page 37 - L'empreinte de chaque espèce est un type dont les principaux traits sont gravés en caractères ineffaçables et permanens à jamais ; mais toutes les touches accessoires varient, aucun individu ne ressemble parfaitement à un autre ; aucune espèce n'existe sans un grand nombre de variétés. Dans l'espèce humaine , sur laquelle le sceau divin a le plus- appuyé, l'empreinte ne laisse pas de variei...
Page 35 - Il ya dans la nature un prototype général dans chaque espèce, sur lequel chaque individu est modelé, mais qui semble, en se réalisant, s'altérer ou se perfectionner par les circonstances; en sorte que, relativement à de certaines qualités, il ya une variation bizarre en apparence dans la succession des individus, et en même temps une constance qui paroît admirable dans l'espèce entière.
Page 107 - Dans tout animal qui n'a point dépassé le terme de ses développements, l'emploi plus fréquent et soutenu d'un organe quelconque, fortifie peu à peu cet organe, le développe, l'agrandit et lui donne une puissance proportionnée à la durée de cet emploi ; tandis que le défaut constant d'usage de tel organe, l'affaiblit insensiblement, le détériore, diminue progressivement ses facultés et finit par le faire disparaître...
Page 107 - Tout ce que la nature a fait acquérir ou perdre aux individus par l'influence des circonstances où leur race se trouve depuis longtemps exposée, et par conséquent, par l'influence de l'emploi prédominant de tel organe, ou par celle d'un défaut constant d'usage de telle partie ; elle le conserve par la génération aux nouveaux individus qui en proviennent, pourvu que les changements acquis soient communs aux deux sexes, ou à ceux qui ont produit ces nouveaux individus.
Page 142 - ... mais je n'en veux pas conclure que l'homme n'existait point du tout avant cette époque. Il pouvait habiter quelques contrées peu étendues , d'où il a repeuplé la terre après ces événements terribles...
Page 42 - Mais, comme la nature ne connaît pas nos définitions, qu'elle n'a jamais rangé ses ouvrages par tas, ni les êtres par genres, que sa marche au contraire va toujours par degrés, et que son plan est nuancé partout et s'étend en tous sens, il doit se trouver entre le genre du singe...
Page 45 - Il semble que ce soit une espèce particulière dont tous les individus ne sont que des avortons ; car , s'il ya des différences parmi ces peuples, elles ne tombent que sur le plus ou le moins de difformité...
Page 105 - Aussi tous ceux qui se sont fortement occupés de l'étude de l'histoire naturelle savent que maintenant les naturalistes sont extrêmement embarrassés pour déterminer les objets qu'ils doivent regarder comme des espèces. En effet, ne sachant pas que les espèces n'ont réellement qu'une constance relative à la durée des circonstances dans lesquelles se sont trouvés tous les individus qui les représentent...
Page 35 - Avantage pour reconnoître les espèces d'animaux et pour les distinguer les uns des autres , c'est qu'on doit regarder comme la même espèce celle qui, au moyen de la copulation, se perpétue et conserve la similitude de cette espèce, et comme des espèces différentes celles qui, par les mêmes moyens , ne peuvent rien produire ensemble; de sorte qu'un renard sera une espèce différente d'un chien , si en effet...

Bibliographic information